A Camera – the Konica Auto S2

In the available selection of vintage rangefinder cameras equipped with fixed lenses, the premium lineup is mainly characterized by large apertures offerings. Most renowned are the obvious Canon’s Canonet, Minolta’s Hi-Matic or Yashica’s Electro 35 ranges, among which some models open as wide as f/1.7.

While today a galloping inflation hits these sought after jewels (Canonet QL17 now usually costs more than €150), alternatives do exist, one of them being the less famous Konica Auto S2.

Introduction

The Konica Auto S2 is a compact rangefinder camera, made in Japan and sold, in France, from 1966 until 1968. Compact, it quite is when it comes to the size, although a bit above average. But it is not lightweight at all: with 760g, it joyfully plays in the SLR league.

Size and weight do not make a sturdy camera. The front element containing the optics is… wobbly, which seems to be an aging condition of some, if not all, the items in the S2 series.

So what did Konica put into its heavy and rickety camera that make it a little bit special?

A premium range tank

First, the camera’s size gives it a good and firm grip with enough space for both hands on both sides of the lens barrel. Focusing is easily done with the tip of the left hand finger. Held like this, its weight is quickly forgotten.

The lens barrel sports the Hexanon 46mm lens, opening wide, really wide, up to f/1.8. This aperture was more common in SLR kits at the time the Auto S2 was sold, and it was meant to be the top premium offering for fixed lens rangefinder cameras. The Hexanon formula piles up 6 individual lenses in 4 groups and has very good reputation.

The Hexanon 46mm lens opens wide, up to f/1.8

The shutter is a Copal SVA that performs up to 1/500th of a second. Slow speeds also rise up to 1 second. Exposure is set either using the shutter speed priority mode relying on a CdS type cell fueled by a PX625 battery, or by choosing both aperture and speed manually. The light meter stays active in both cases.

The S2’s viewfinder is really bright. Even in dimmed light situations, it is possible to distinguish the rangefinder patch. Another clue of the premium range positioning: parallax is automatically corrected by a moving frame in the finder dependent on the selected focusing distance. Finally, even if the main display of the light meter takes place on the top of the camera, the same reading is possible in the viewfinder, reflected by internal mirrors above the picture frame. A needle moves between minimum and maximum aperture marks when the photograph selects a shutter speed. The only action left is to take the picture!

When it comes to flaws, the Konica Auto S2 has some. First of all, the camera is not easy to use if you wear glasses like me. You’ll have to get close to the viewfinder to read all the provided informations. What’s more, when using the manual exposure mode, fat fingers will have issues selecting an aperture without changing focusing distance at the same time.

Finally, an additional reading of the selected speed would have been nice to have. It is easy to select a slow speed without really knowing, and then end up with blurry pictures!

On the operating table

I did not use my Konica Auto S2 on its first day home. When it arrived, the patient was seriously sick: a hella lot of dust everywhere (and still now…), no rangefinder patch in the viewfinder, aperture blades desperately stuck together… Operation was unavoidable.

Top cover disassembly is really simple: no screws, the cover is only held by the advance lever, the base of the shutter button, and the rewind crank, all easily unscrewed by hand (or using a friction tool).

Top cover disassembly is really simple: no screws.

The rangefinder mirror was loose in the viewfinder chamber. This is a surface coated mirror. It is therefore possible to fix it using UV glue, quick and reliable strategy. Adjustment is then made, top cover on, using the holes under the accessory shoe giving access to the setting screws.

Front lens disassembly, also quite simple, lets you properly clean old grease off the lenses and shutter mechanism. Accessing from the inside is doable but a lot more tight, yet it is mandatory if you need to clean the rear lens element. In the S2, there is no need to disconnect the light meter circuit in order to access all parts, as long as wires are carefully manipulated.

Surprise! The lightmeter is a Sekonic module!

In order to unstick the aperture blades, a few drops of naphta on the blades are sufficient. Activate the mechanism a couple of times to spread the product and check that everything runs smoothly. The Copal SVA shutter seems robust, all speeds sounded just right in spite of its age.

Surprise! Under the top cover, the light meter shows its brand, and not any brand: this is a Sekonic module! It originally ran using a PX625 mercury battery. If you follow this blog, you know how to replace it: simply use a PR77 battery with a shim that fits the battery compartment. Note also that a regular 625A alkaline gives sufficiently correct readings.

Patient finally out of surgery, let’s fit a roll of Ilford HP5 inside the camera and screw a yellow or orange 55mm filter and shoot!

Using the Konica Auto S2

Handling the Auto S2 wipes away its heavy weight. The very bright viewfinder eases focusing and framing. Firing the shutter is a quiet operation, but advancing the film is not! So much for discretion.

The light meter cell is placed just above the lens, and thus enables the use of colored filters. The wide aperture makes interior pictures quite easy to manage. And finally, the Hexanon lens produces really nice images!

Do not hesitate to ask in the comments if you have questions about the Konica Auto S2, and please share your pictures shot using this camera with me on Instagram. Have fun!

More info

  • If you need to service your own Auto S2: here is a camera specific repair how-to.
  • Also check out the usual camera page on Sylvain Halgand’s Collection-Appareils website.

Un appareil – le Konica Auto S2

Dans la gamme des appareils compacts à visée télémétrique et à objectif fixe, le haut du panier se distingue principalement par des optiques lumineuses. Les plus connus se trouvent chez Canon avec la série des Canonet, chez Minolta avec les Hi-Matic, ou encore chez Yashica avec les Electro 35, séries parmi lesquelles certains modèles peuvent ouvrir à f/1.7.

Dans les alternatives disponibles à ces bijoux subissant le poids de l’inflation (compter 150€ pour un Canonet QL17 en moyenne), on peut trouver un appareil Konica un peu moins connu : l’Auto S2.

Présentation

Le Konica Auto S2 est un appareil compact télémétrique fabriqué au Japon et vendu en France entre 1966 et 1968. Compact, il l’est à peu près par la taille, qui reste un peu au dessus de ses concurrents directs. Mais il ne l’est sûrement pas par le poids : 760 grammes sur la balance, aussi lourd qu’un reflex.

Cet encombrement et ce poids ne sont pas forcément synonyme de robustesse : l’impression de solidité est vite balayée par le maintien douteux du bloc optique. L’objectif bouge lorsqu’on le manipule, il semble mal vissé, mais cela est en fait une maladie commune aux exemplaires de ce modèle.

Alors s’il est lourd et un peu mal construit, que nous propose Konica pour rendre cet appareil un peu spécial ?

Un tank haut de gamme

Sa taille au dessus de la moyenne lui offre tout d’abord une bonne prise en main. L’espace autour de l’objectif permet de maintenir fermement le boîtier des deux mains, la mise au point se faisant du bout du doigt du côté gauche. Tenu ainsi, son poids se fait temporairement oublier.

Le bloc optique supporte l’équipement le plus notable : l’objectif Hexanon de 46mm qui ouvre grand, très grand, à f/1.8. Si cette ouverture était assez commune dans les “kits” reflex à objectif interchangeables de l’époque, une telle offre optique était alors le top premium sur des compacts. La réputation du Hexanon, une formule à 6 lentilles en 4 groupes, le précède.

L’objectif Hexanon de 46mm ouvre grand, à f/1.8

L’obturateur est un Copal SVA performant jusqu’au 1/500ème de seconde. Les vitesses lentes sont également possibles jusqu’à 1 seconde de pose. Le tout est piloté de deux manières : en priorité vitesse, grâce à une cellule CdS alimentée par une pile type PX625, soit en débrayant totalement l’automatisme pour bénéficier de réglages manuels. Dans ce dernier cas la cellule reste indicative.

La visée avec le Auto S2 est très claire. Même dans une légère pénombre j’ai réussi à faire coïncider les images du télémètre. Indice supplémentaire du luxe de l’appareil : la parallaxe est automatiquement corrigée par un mouvement du cadre dans le viseur en fonction de la distance de mise au point sélectionnée. Enfin, si l’affichage principal de la cellule se trouve sur le dessus du boîtier, le même indicateur est reporté par un jeu de miroirs au dessus du viseur. Une aiguille oscille ainsi entre les différentes ouvertures sélectionnées en fonction de la vitesse. Il n’y a plus qu’à prendre la photo !

Dans le registre des quelques défauts de l’appareil, on peut déplorer que le Konica Auto S2 n’est pas pensé pour les binoclards comme moi : il faut absolument coller son œil sur le viseur pour distinguer l’ensemble des indications de visée.

De même, en mode manuel, les gros doigts auront du mal à sélectionner une ouverture sans dans le même temps modifier la mise au point. Enfin, un rappel visuel de la vitesse sélectionnée aurait été bienvenu. On peut facilement sélectionner une vitesse lente sans réelle alerte, et alors attention au flou de bouger !

Sur la table d’opération

Je n’ai pas commencé à utiliser le Konica Auto S2 dès son acquisition. À son arrivée, le patient était gravement malade : beaucoup de poussière partout (et encore maintenant…), des lentilles à nettoyer, pas d’image télémétrique dans le viseur, et les lamelles du diaphragme désespérément bloquées… La table d’opération était inévitable.

Le retrait du capot est très simple : sans vis, il est retenu par le levier d’avancement, la base du déclencheur, et la manivelle de rembobinage, qui se retirent tous en dévissant simplement à la main ou avec un outil à friction.

Le retrait du capot est très simple : sans vis.

Le miroir du télémètre, décollé, se baladait librement dans la chambre du viseur. Il s’agit d’un miroir argenté en surface. Un recollage à la colle UV, solution rapide et fiable, a donc été possible. Le réglage s’effectue ensuite, capot remonté, en utilisant les trous à cet effet placés sous la griffe porte accessoire.

Le démontage du bloc optique par l’avant, assez simple lui aussi, permet de nettoyer proprement les graisses figées et les lentilles. Par l’arrière, l’accès est plus exigu, mais nécessaire pour nettoyer le dernier bloc optique. Il est possible de réaliser ces travaux sans déconnecter les fils de la cellule, en les manipulant avec précaution.

Pour faire revivre le diaphragme, quelques gouttes d’essence C délicatement déposées à l’aide une seringue, puis quelques mouvements du mécanisme, cela répété à quatre ou cinq reprises, auront eu raison du blocage. L’obturateur Copal SVA est très robuste et les vitesses étaient justes malgré l’âge.

Surprise ! Le posemètre est un module Sekonic !

Surprise ! Sous le capot, le posemètre affiche sa marque, et pas n’importe laquelle : il s’agit d’un module Sekonic. Il fonctionne avec une pile PX625 au mercure : si vous suivez ce blog vous connaissez sa remplaçante de prédilection, la PR77 autour de laquelle vous insérerez une rondelle pour le contact. Mais encore mieux : une lecture du posemètre avec une simple pile 625A donne des résultats tout à fait justes.

Le patient sorti de réanimation, il ne manque plus qu’à insérer une pellicule Ilford HP5 et visser un filtre jaune ou orange de 55mm, et on est parti.

Le Konica Auto S2 en pratique

À l’usage, le poids de l’appareil est vite effacé par sa maniabilité. Le télémètre bien clair facilite la mise au point. L’obturateur est relativement discret, mais malheureusement l’avancement du film l’est beaucoup moins. Tant pis pour la discrétion !

La cellule est placée juste au dessus de l’objectif, et permet l’usage de filtres colorés. La grande ouverture permet de saisir des clichés en intérieur sans trop de problème. Et au final, l’objectif Hexanon produit de très belles images !

N’hésitez pas à laisser un commentaire si vous souhaitez en savoir plus sur le Konica Auto S2, et pensez à partager vos clichés pris avec cet appareil en me mentionnant sur Instagram. Bonne photo !

En savoir plus