Un objectif – le KMZ Tair-11A 135mm f/2.8

C’est une opportunité qui ne se présente pas tous les jours, même si l’objet n’est pas tout à fait rarissime : j’ai eu l’occasion de tenir entre mes mains et d’utiliser durant une petite journée ensoleillée ce très bel objectif, un Tair-11A 135mm f/2.8 de KMZ.

Datant des années 1970, ce téléobjectif est en monture à vis 42mm. La mise au point est possible dès 1m20, et la plage d’ouverture oscille entre f/2.8 et f/22.

Il s’agit d’une focale assez courante, 135mm est idéal pour des portraits qui restituent fidèlement les traits du visage. L’ouverture est sur le haut du panier mais pas exceptionnelle. La marque KMZ est populaire, d’origine soviétique, et à l’origine des reflex Zenit avec lesquels l’objectif était probablement proposé. Rien d’extravagant à première vue. Pour percevoir l’originalité de cet objectif, il faut le regarder d’un peu plus près.

C’est d’abord un gros caillou très lourd (600g !) qui respire la robustesse et la solidité. Il est mécaniquement extrêmement simple et d’autant moins enclin aux défaillances techniques. Il n’y a aucun automatisme : pas d’autofocus évidemment, mais pas non plus de présélection automatique de l’ouverture, on en reparlera plus bas.

Puis, en regardant encore plus près, à l’intérieur de la bête, on compte les lamelles du diaphragme : une, deux, trois… neuf, dix… quatorze, quinze… dix-huit, dix-neuf, VINGT ! D’un bout à l’autre de l’échelle des ouvertures, le diaphragme forme un cercle presque parfait. Cela augure de très jolis flous d’arrière plans.

On compte les lamelles du diaphragme : une, deux, trois… neuf, dix… quatorze, quinze… dix-huit, dix-neuf, VINGT !

Dépourvu de la présélection automatique, ce mécanisme qui maintient le diaphragme ouvert pour la visée et le ferme en une fraction de seconde à la prise de vue, le Tair-11A offre cependant une présélection manuelle. Il faut choisir son ouverture avant la composition au moyen d’une première bague. Dans un deuxième temps le photographe fait sa mise au point et sa composition. Au moment de la prise de vue, il faut fermer le diaphragme manuellement à l’aide d’une deuxième bague dont la butée a été sélectionnée à la première étape. Clic, clac, et on recommence. Fastidieux !

Après quelques temps de prise en main, j’ai réussi à l’utiliser correctement avec un tout aussi solide Pentacon Praktica MTL3, son cousin issu de l’autre côté du rideau de fer. Voici le résultat.

Vous pourrez trouver sur eBay des Tair-11A entre 100 et 150€. Leur robustesse leur évite les problèmes techniques graves, et ils sont particulièrement simples d’entretien.

Un grand merci à tatou_de_baudoin pour m’avoir laissé tester cet objectif. N’hésitez pas à laisser un commentaire si vous souhaitez en savoir plus sur le Tair-11A, et pensez à partager vos clichés pris avec cet objectif en me mentionnant sur Instagram. Bonne photo !

Un tour en Olympus OM10

C’est le printemps, et la saison des vides-greniers a commencé ! Le mois dernier a été l’occasion de tomber sur un reflex Olympus OM10 en excellent état, équipe du standard Zuiko 50mm f/1.8.

Un rapide remplacement des mousses, deux piles PR44 que l’on ne présente plus (cf. Polaroid et Ricoh), et hop ! Nous sommes partis pour une ballade avec dans le ventre une pellicule Kodak HD200 périmée depuis belle lurette.

En attendant une vraie présentation de l’appareil, voici une sélection de résultats plutôt satisfaisants. En attendant une Ilford FP4 Plus en cours de développement, et un peu de bricolage autour d’un petit joyau trouvé dimanche dernier (oui, je tease).

%d blogueurs aiment cette page :